14. Rio de janeiro …

Posté le Samedi 18 mars 2017

Dernière étape de ce grand voyage: Rio de Janeiro !!! Encore une fois les gens, brésiliens et étrangers, nous font flipper par rapport à l’insécurité! A ce demander si on va sortir les appareil photo!!??
Le quartier ou nous logeons, Laranjeiras, au pied du Christ, semble tranquille.

Nous arrivons pour le début du Carnaval, et nous pouvons voir à quel point les Cariocas (habitants de Rio) sont décomplexés !! Partout dans les rues, les bus, les gens sont déguisés, ça picolle, ça rigole, c’est la fiesta dans tous les coins et recoins ! Le carnaval se déroule dans la rue ou chaque jour des dizaines de blocos (ensembles de personnes rassemblées par un élément fédérateur qui peut être : un quartier, une corporation, un bar ou un thème et qui défilent d’une manière plus ou moins organisée.) rassemblent des milliers de personnes. C’est donc en visitant les différents quartiers de Rio que nous nous mêlons par hasard, à ces grandes manifestations populaires! Et que nous nous équipons de magnifiques couvre-chefs afin de passer inaperçues !!!

 

Rue
Album : Rue

14 images
Voir l'album

 

Nous avons longuement hésité à aller voir un des défilés officiels au Sambodrome, cette avenue de 800 m de long, bordées de gradins accueillent chaque soir, pendant 4 jours 90 000 spectateurs ! L’avant dernier soir, quelques heures avant le début du défilé, nous nous décidons , suite à un mail de ma mère  évoquant le coté grandiose d’un extrait vu au info… Nous pensions nous lasser de ce spectacle et de cette musique qui, nous avait on dit, durait toute la nuit!!!

 

 

Grâce, a nos coloc françaises, nous récupérons 2 places et partons toutes ensemble, dans un métro surpeuplé et entassées au Sambodrome!
Arrivée à 20h, petite Caïprinha pour se mettre dans l’ambiance festive…
A 22h, le premier char de la première école de samba apparait …suivit de centaines de personnes en costumes… suivit d’autres chars monumentaux… sous les cris et les applaudissements de milliers de personnes !!!! Le spectacle est époustouflants, les poils s’hérissent et les larmes montent aux yeux devant tant de beauté exubérante! C’est tout simplement féerique, magique, nous n’en revenons pas !!! Dire qu’on a faillit raté ce spectacle unique au monde!
Chaque école défile pendant 1h30, comptant environ 7 chars et entre 3 et 4000 personnes…  Nous quitterons les lieux vers 6h30 du matin, retour au bercail en métro puis bus, nous arrivons vidées d’énergie mais la tête pleine …

 

Sambodrome
Album : Sambodrome

75 images
Voir l'album

 

 

Nos 5 jours à Rio, n’était pas de trop, nous avons pu visiter les lieux mythiques et connus de tous, comme les plages d’Ipanema et de Copacabana, le Pain de sucre qui domine la majestueuse baie de Guanaraba ou encore Le Christ Rédempteur au sommet du Corcovado…

 

Imanquables de Rio !
Album : Imanquables de Rio !

29 images
Voir l'album

 

Une chose est sure, nous n’avons jamais éprouvé d’ennui lors de notre folle nuit au Sambodrome et  si l’occasion se présente, nous n’hésiterons pas une seconde…

chrisdo @ 10 h 48 min
Enregistré dans 14. Rio de Janeiro ...
13. Salvador de Bahia.

Posté le Samedi 11 mars 2017

Le carnaval approche et les festivités battent leur plein à Salvador. Ville de près de 3 millions d’habitants, son centre historique connu sous le nom de Pelourinho évoque les splendeurs de l’architecture portugaise.

 

Salvador
Album : Salvador

20 images
Voir l'album

Berceau culturel du pays, ses traditions héritées des anciens esclaves africains sont toujours au coeur de la vie des bahianais. Tout ici rappelle les origines africaines  de 85/100 de sa population : cuisine, musique, danses, pratiques religieuses…  

C’est ici qu’on déguste les plats les plus gouteux (Moqueca: ragout de poisson), qu’on participe à la puissance des batucadas endiablées (musique), qu’on regarde, ébahies une démonstration de Capoieira (art martial afro-brésilienne qui relève à la fois du combat et de la danse) ou bien qu’ on assiste à une cérémonie de Candomblé ( https://www.voyage-bresil-nordeste.com/culture/traditions/le-candomble.html )…
Bref… Salvador est incontournable !

 

chrisdo @ 13 h 31 min
Enregistré dans 13. Salvador de Bahia.
12. Ilha de Boipeba.

Posté le Mardi 7 mars 2017

Pour nous rendre sur l’ile de Boipeba, le trajet depuis Lençois est interminable, un premier trajet de 6h, puis un second de 4h… et la suite attendra le lendemain !!!  Une bonne nuit à Valença pour nous remettre, et le matin suivant nous voila embarquées sur la navette « rapide » qui nous dépose au village de Boipeba, après avoir circulé sur les méandres de l’estuaire du « Rio de l’enfer »!! Cette petite ile de 88 km2, située au sud de Salvador, reste difficile d’accès bien que depuis quelques années les navettes rapides aient vu le jour! Auparavant il fallait 4h de bateau lent pour relier Valença à Velha Boipeba !
Sur l’ile, voitures et motos sont strictement interdits, seuls  anes, charettes, brouettes, et un tracteur permettent de véhiculer les personnes ou les matériaux!

 

en charette...
A notre arrivée, nous devons contourner la longue plage, pendant une vingtaine de minutes pour accéder à notre bungalow! Ayant chacune un sac de 11kg + un de 4kg, nous engageons les services de Jonathan, le Uber local, équipé d’une brouette et de bras costauds!!

Notre bungalow est idéalement situé, un peu à l’écart du village, et au bord de la plage… de quoi passer 8 jours de farniente !!!

 

_MG_7773 _MG_7772

                                          _MG_8013

 

Chaque soir, nous rejoignons Pierre et Françoise, rencontrés dans le bus venant de Lençois, et leurs amis Jean-pierre et Rachael, avec qui nous passons de bons moments. (bises à vous, sous le soleil de Boipeba!!) Le moment idéal pour aller flâner dans les ruelles pavées du joli village, d’aller admirer un coucher de soleil depuis la merveilleuse Pousada Ceu de Boipeba… dans tous les cas, moment toujours accompagné d’une délicieuse Caipirinhia!

 

Ceu de Boipeba
Album : Ceu de Boipeba

11 images
Voir l'album

 

 

Village de Boipeba
Album : Village de Boipeba

11 images
Voir l'album

 

Nous réussissons quand même à faire une sortie en bateau, longeant la cote de l’ile, avec quelques arrêts , notamment un sur les piscines de Morere!! Tragique constat d’un tourisme irresponsable; à marée basse, le récif corallien protégeant l’ile est envahit par les hors-bords pour atteindre des bars flottants!!  Musique à donf, caipirinhia, bière et dégustation d’huitres, en piétinant les coraux déjà morts !!!! Nous ne manquons pas d’exprimer notre désapprobation … et poursuivons une navigation paisible, à bord de notre bateau en bois, lent et silencieux!!!

 

En bateau...
Album : En bateau...

16 images
Voir l'album

 

Les 8 jours sont passés trop vite et déjà nous devons rejoindre la Trépidante Salvador do Bahia… pour le début des festivités carnavalesques …

chrisdo @ 17 h 27 min
Enregistré dans 12. Ilha de Boipeba.
11. Lençois et la Chapada diamantina.

Posté le Jeudi 23 février 2017

Après une brève étape à Salvador de Bahia, ou nous reviendrons, nous partons vers l’intérieur du pays.

Dès notre arrivée, nous sommes charmées par le joli village de Lençois avec ses ruelles pavées et ses maisons colorées. Posé à flan de colline, dans un écrin de verdure, il est une des portes d’entrée au Parc national  Chapada diamantina. Un des joyaux du Brésil.

 

Le village
Album : Le village

15 images
Voir l'album

L’ ancienne région diamantifère est une oasis de verdure au milieu des paysages arides du Sertao. Cette contrée semi montagneuse abrite des paysages grandioses, canyons constellés de centaines de cascades…Bien entendu, nous sommes toujours en saison sèche, et beaucoup sont à sec!!!!! Malgré tout, nous visitons de belles cascades, grottes et lagon turquoise…

 

Chapada
Album : Chapada

28 images
Voir l'album
chrisdo @ 20 h 57 min
Enregistré dans 11. Lençois et la Chapada diamantina.
10. Jericoacoara et Forataleza.

Posté le Dimanche 19 février 2017

Nous quittons Atins, en pleine nuit, la jeep passant nous chercher à 5 h du mat. Une heure et demi à parcourir les 26 km de sable, puis une deuxième jeep nous mène à Tutoia, sur une piste de latérite rouge ou le trafic engendre des bourrasques de poussière!!!!

 

 

En début d’après midi, nous arrivons à Parnaiba, ville étape avant de rejoindre la célébrissime Jericoacora !!!
Le lendemain, à nouveau des heures de bus suivi d’une heure de piste en camion brousse … nous voici arrivées … décrit dans les guides comme un petit village de pécheur isolé très en vogue !!  On a pas trouvé les pécheurs et le village n’est plus qu’une suite de pousada, hotel et resto: On compte 250 pousada !!!! Autant vous dire que le charme et l’authenticité ont disparu de ce qui fut, il y a bien longtemps un coin de paradis !!! Nous venons de quitter précipitamment un lieu merveilleux pour un genre d’Ibiza !!!???? On a du beuguer!!!

 

Jericoacoara
Album : Jericoacoara

9 images
Voir l'album

 

Bon, heureusement, nous avons une jolie pousada, à l’écart du bruit, jardin tropical et piscine….

 

_MG_7237 _MG_7257

Le soir,tous les gugus se rendent sur la fameuse dune, pour admirer le coucher de soleil !!! A l’heure dite, nous voila englouties dans le flot des pèlerins…allant déguster une bière …au sommet!! Autant vous dire que notre grandiose et magnifique Pyla, n’a rien à envier à la riquiqui  Duna do por do Sol !! (un peu de chauvinisme, pour nous rappeler la beauté de notre France!)

 

_MG_7261 _MG_7269

20170203_172647

 

 

Bien entendu, le coin n’est pas réputé pour rien et les alentours sont merveilleux: des dunes de sables, qui malheureusement accueillent un va et vient incessant de buggy et quads  pétaradants!! Et au nord, une cote rocheuse et déchiquetée s’illuminant de teintes orangées aux soleil couchant.

 

cote nord
Album : cote nord

6 images
Voir l'album

 

Une escale d’une journée à Fortaleza, mégapole de 2,5 million d’habitants. Un front de mer bordé par des eaux turquoises d’un coté, et des bulding étincelants de l’autre…

 

20170206_094310

20170206_095102

 

chrisdo @ 13 h 58 min
Enregistré dans 10. Jericoacoara et Fortaleza.
9. Atins et le parc national Lençois de maranhense.

Posté le Vendredi 10 février 2017

Nous quittons Sao luis pour aller voir un des plus beaux paysages du Brésil: le parc Lençois de maranhenses. Apres 4 h de bus nous arrivons à Barreirinhas, petite ville où la plupart des touristes se rendent pour atteindre le parc. N’ayant pas de contrainte de temps, nous préférons continuer vers le petit village de Atins. Il nous faudra 1h30 de jeep sur une piste de sable pour parcourir les 26 km restant !  Atins semble au bout du monde, minuscule village entre dunes et océan,  un paradis de tranquillité…

 

Atins
Album : Atins

13 images
Voir l'album

 
De là, nous partons pour la journée à la découverte de ce gigantesque désert de dunes. Apres la saison des pluies (mai à septembre) le spectacle est optimum, car les dunes sont entrecoupées de lagons émeraudes, d’eau douce. Lors de notre passage, beaucoup se sont évaporés, pourtant les paysages que nous découvrons sont fascinants et insolites, à perte de vue des dômes de sables se chevauchant et s’entrecoupant dans des dégradés subtiles…

 

Lençois de maranhense
Album : Lençois de maranhense

20 images
Voir l'album
chrisdo @ 20 h 44 min
Enregistré dans 09. Atins et le parc national Lençois de maranhense.
8. Sao luis et Alcantara.

Posté le Dimanche 5 février 2017

Après un vol annulé et une nuit supplémentaire dans un bel hôtel de Cayenne, au frais de la compagnie brésilienne, nous arrivons enfin à Sao luis. Seule ville fondée par les français, en 1612, elle s’appelait alors Saint louis de Maragnan, mais fut très vite reprise par les portugais. Son centre historique est l’un des plus beaux du nord du Brésil, avec ces bâtiments couverts de carreaux de faïence, les azulejos. Ceux ci assurant une isolation thermique adaptée au climat tropical.

 

Sao luis
Album : Sao luis

24 images
Voir l'album

 

L’ambiance dans le quartier ou nous logeons est festive, des 17h les gens sortent, les rues s’animent de vendeurs ambulants, carrioles offrant cocktails, et « comida rapida », les terrasses envahissent les places et la musiques live, les rues ! Chaque week end des scènes immenses se montent offrant des concerts de reggae. Plus loin, les « tambores di crioula » (tambours créoles) en accord avec les chants des hommes font vibrer le corps des femmes dans leur grandes jupes en corolles.

 

Par contre, la journée, la ville semble morte. Seuls les touristes s’aventurent dans ses rues brulantes ! Nous même, après un petit tour et déjà dégoulinantes, regagnons rapidement notre chambre climatisée !

Le second jour, nous embarquons à bord d’un catamaran pour rejoindre le village d’Alcantara. Longtemps capitale de l’état du Maranhao, elle a été supplantée par sa rivale Sao luis. Ville fondée par les esclaves aux 17 ieme siècle pour les riches aristocrates, elle semble aujourd’hui hors du temps avec ses ruelles pavées bordées de maisons colorées et de ruines éparpillées. Sur la place principale, face à une église en ruine, subsiste le pilori où étaient fouettés les esclaves, nous rappelant l’Histoire odieuse de notre civilisation !

 

Alcantara
Album : Alcantara

24 images
Voir l'album

 

Écrasées par la chaleur étouffante, nous finissons par nous réfugier dans un petit resto pour déguster un plat de crevettes. Vers 15 heures nous reprenons la mer! La traversée retour est mémorable, assises tout devant, nous affrontons une mer très agitée, avec de gros creux, et recevons des sceaux d’eau… Avec nos quelques compagnons d’infortune, nous rigolons comme des tordus à chaque rincée et arrivons trempées jusqu’aux os…

 

chrisdo @ 23 h 12 min
Enregistré dans 08.Sao luis et Alcantara.
7. Guyane, part 2.

Posté le Vendredi 3 février 2017

Lundi matin, Laeti doit s’envoler pour retourner au boulot, nous décidons d’aller la rejoindre à Grand Santi pour le week end…En attendant, nous volons vers Saül, village isolé en pleine jungle, au centre de la Guyane.  Le vol est magnifique, de la foret à perte de vue pendant 45 minutes.

 

Vues davion
Album : Vues d'avion

7 images
Voir l'album

A l’atterrissage, nous frôlons des ailes les grand arbres bordant la piste de latérite rouge. Nous voici au coeur de l’Amazonie, Saül, taux d’humidité 99%, Nombre d’habitants 70, une église, un dispensaire, une école primaire, une mairie, une gendarmerie. Pour se déplacer, bottes en caoutchouc obligatoires ! Ici quand il pleut c’est la gadoue! Mais une gadoue qui colle tellement qu’on finit avec 10 cm de plus (et 1kg) sous chaque pied!

 

Village
Album : Village

19 images
Voir l'album

A l’arrivée, 2 gendarmes informent les rares touristes (nous deux) : avant chaque départ en randonnée, prévenir la gendarmerie de l’itinéraire !! Le village se trouve dans le parc national amazonien et les rangers ont ouverts quelques boucles de rando! Mieux vaut ne pas se perdre, une nuit en pleine jungle peut être fatale pour les novices que nous sommes…. et le jaguar vit ici !!!
Nous trouvons à nous loger en carbet, une terrasse en bois sur pilotis, avec un toit mais sans murs… Nous installons nos hamacs moustiquaire… et voila ! Nous sommes à la lisière du village, aux abords de la foret primaire, le soir les singes écureuil (Saïmiri) viennent se rassasier dans les arbres tout proches, le matin nous nous réveillons avec les cris rauques des singes hurleurs…

 _MG_6674   _MG_6675

_MG_6710
Notre première balade nous mène au belvédère, 1,8 km pour 2h de marche annoncée… nous en mettrons 4… nous cherchons insectes, reptiles, grenouilles….bref, on est pas là pour courir! Au vu de nos performances, nous renonçons aux grandes boucles de 10 et 14 km…

 

Bestioles
Album : Bestioles

19 images
Voir l'album

 

Le second jour, nous ne quittons pas nos hamacs!!! Une pluie torrentielle sans interruption jusqu’a 18h ! Kami, le propriétaire du lieu, nous invite à l’apéro… Biologiste ayant travailler à l’ouverture du parc et vivant là depuis 20 ans, nous nous repaissons de  ses histoires de jaguar et autres animaux tout en sirotant des ti punch…A 20h, nous partons un peu éméchées à travers les sentiers boueux afin de nous rendre au resto!!!

Nous passons 4 jours à nous balader dans cette nature extravagante, aux arbres gigantesques, nous dégotons quelques belles chenilles, grenouilles, mais au final nous n’avons pas eu la chance de voir tant d’animaux!!! Par contre, en dormant à l’air libre, nous en avons entendu beaucoup…

 

balades
Album : balades

23 images
Voir l'album

 

Nous quittons Saül par les airs, pour nous rendre à Grand Santi, village noir-marron sur le fleuve Maroni. A mi chemin entre Saint laurent et Maripasoula, le village est accessible par voie fluviale ou aérienne !!!  Les habitants du fleuves se repartissent en plusieurs ethnies: Ndjuka, Saramaka, Aluku… regroupés sous le nom de Bushinenge ou Noir-marrons.( peuples descendant d’esclaves noirs s’étant révoltés et enfuis du Suriname avant l’abolition de l’esclavage)

 

Enfants Bushinenge
Album : Enfants Bushinenge

9 images
Voir l'album

 

Nous sommes heureuses de retrouver notre amie, et de visiter son lieu de vie. Une jolie petite case en bois sur piloti entourée d’arbres fruitiers. A quelques pas, les bords du Maroni, frontière avec le Suriname.

 

Case à Laeti et bord du Maroni
Album : Case à Laeti et bord du Maroni

13 images
Voir l'album

 

Le village est charmant, maisons en bois colorées, petites allées bordées de cocotiers, un petit air d’Afrique…

 

Grand santi
Album : Grand santi

12 images
Voir l'album

 

Malheureusement durant notre séjour, une collègue à Laeti a été agressée chez elle. De ce fait, nous avons assisté aux réunions (informelles) des profs, organisant et discutant des actions à mener afin d’inciter les autorités à garantir la sécurité aux habitants de Grand santi.
Le week end se terminant, nous regagnons Cayenne afin de poursuivre notre voyage, vers le Brésil.

La Guyane nous laisse des impressions et ressentis très ambivalents. Un territoire plein de potentiel, une diversité culturelle, une nature époustouflante et pourtant un malaise persiste. Par exemple, ou vit Laetitia, nous voyons bien l’échec de la République à vouloir imposer un programme scolaire identique à tous ces administrés. Sur le fleuve Maroni, les enflant ne sont pas francophones, ils parlent leur langue depuis des siecles. Les programmes scolaires nient totalement leur identité culturelle et les méthodes d’apprentissage y sont inadaptées… On a le sentiment que ces gens ne comptent pas, que c’est pas bien grave s’ils ne sont pas « éduqués », au contraire c’est un moyen pour qu’ils la ferment… Bref, y a tant à dire… la santé et l’état insalubre de l’hôpital de Cayenne où les professionnels doivent acheter leurs gants pour bosser… l’orpaillage clandestin et les soi disant missions Anaconda …

chrisdo @ 14 h 26 min
Enregistré dans 07. Guyane, part 2.
6. Guyane, Part 1.

Posté le Vendredi 27 janvier 2017

Nous sommes chaleureusement accueillies à Cayenne par des amis de Laetitia, Domitille et Devis. Nous découvrons un bout de « France » oublié, en Amérique du sud ! Une histoire chargée, des vagues successives d’immigration  qui en font un territoire riche de cultures variées: Hmong d’Asie du sud est, créoles, Noirs-marron .
Le marché de Cayenne donnant un bel aperçu de ce patchwork culturel.

 

Cayenne
Album : Cayenne

13 images
Voir l'album

 

Aussi a 10 minutes de la ville, le sentier du Rorota donne une idée de la nature exubérante du pays, un bout du jungle affleurant la cote ou les sportifs viennent faire leur jogging, passant à coté de bestioles incroyables: araignée matoutou (mygale « gentille »), paresseux, iguanes….

 

Rorota
Album : Rorota

10 images
Voir l'album

 

Laeti ayant réussi a négocier 2 jours de récup, nous nous retrouvons rapidement pour passer un long week end tous ensemble.
Nous commençons par un moment de détente sur une magnifique plage de sable orange à la mer marron (et oui, on vous saoule toujours avec des eaux turquoises,translucides et du sables blanc…).

 

20170112_170148

 

20170112_171503

Le lendemain, nous faisons une cinquantaine de km, pour emprunter un layon (chemin) qui n’est autre qu’un petit ruisseau pour atteindre des falaises ou nichent les coqs de roche. Comme tous les oiseaux, le mal est resplendissant: orange vif, il est immanquable!

 

_MG_6470 _MG_6466

_MG_6463

 

Samedi matin, nous voila parti, entassés dans la Fiat panda 4×4….direction les montagnes humides de Cacao. Les Hmong ont été installé ici dans les années 70, ethnie présente du Laos à la Chine, ils ont combattus auprès des français puis des américains. Leur statut de « traitre » vis à vis des régimes communistes, les a pousser à demander asile….
Il y a 2 choses incontournables à Cacao: Le musée des insectes et Le marché !
Au musée, le dimanche matin, le fondateur et instit du village fait une visite commentée vraiment extraordinaire, 2 heures de pure régal ! Papillons, coléoptères, araignées, scorpions et autres scolopendres…des centaines de spécimens!

Juste après cette visite, le marché et les délices de la cuisine asiatique: nems, rouleaux de printemps, salades de papaye, soupes vietnamiennes….

 

Cacao
Album : Cacao

7 images
Voir l'album
chrisdo @ 22 h 20 min
Enregistré dans 06. Guyane, part 1.
5. Alter do chao à Belem.

Posté le Samedi 14 janvier 2017

Apres 2 vols consécutifs, nous atterrissons à Santarem pour nous rendre à Alter do Chao, petit village situé sur le rio Tapajos, au point de confluence de l’Amazonie. Sur les rives et face au village, d’énormes bancs de sable, se couvrent et se découvrent au grès des saisons, laissant émerger des plages et des iles de sable blanc.

 

Aletr do chao
Album : Aletr do chao

23 images
Voir l'album

Malheureusement nous arrivons le 2 janvier, en pleines vacances, des hordes de touristes envahissent les plages ou sont installées des dizaines de tables, chaises plastiques et parasols…ici  on peut déguster un plat ou une bière, le cul dans l’eau, et les oreilles saturées de musique à donf… entourés de semblables bruyants !!

_MG_6163 _MG_6166
Nous sommes surprises par les tarifs pratiqués, le Brésil est vraiment cher, une piaule à 60 euros, et une excursion pour 100 euros… On est un peu dépitées!
Nous partons quand même visiter le lago verde et ses forets immergées.
Depuis le 1er au matin, Domie s’est réveillée avec une éruption cutanée sur tout le corps, impressionnante, et est très fatiguée… Nous comprenons, après coup qu’elle a chopée le Zyka…

 

_MG_6109
Avec tout ces événements rapprochés, nous sommes un peu en mode « ralenti ».
Nous quittons Alter pour embarquer à bord du Star Amazonia, gros bateau qui relie Manaus à Belem. A bord, 750 personnes, entassées sur deux niveaux de ponts de hamacs et quelques cabines. Nous optons pour le confort d’une « suite » avec toilettes/douche privés!!

 

_MG_6331 _MG_6335_MG_6216
L’ambiance à bord est sympa, les brésiliens aussi…De nombreuses escales tout au long des 2 jours, les enfants accostant à bord de barques minuscules, prenant des risques inouïs pour vendre leurs quelques crevettes….

 

Bateau
Album : Bateau

23 images
Voir l'album

Nous retrouvons le sol ferme, à Belem, ville de plus d’un million d’habitants, port industriel de l’estuaire de l’Amazone. Première colonie européenne sur le fleuve, où anglais, hollandais et français ont édifié de belles demeures, qui ont perdu leur faste. Pourtant malgré ce décor décati, ces façades délabrées, dévorées par la moisissure, un certain charme demeure. En ce dimanche, les rues sont désertes,  dans ce quartier la pauvreté transpire, beaucoup de gens dorment sur des cartons, ou déambulent complètement défoncés au crack…

 

Belem
Album : Belem

15 images
Voir l'album
chrisdo @ 15 h 21 min
Enregistré dans 05. Alter do chao à Belem.
12